Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il y a ceux qui y étaient et il y a ceux qui en parlent...

C'était il y a une semaine. C'était une belle journée. Nous étions partis en famille et avec mes beaux-frères pour une petite incursion en Italie. La destination était Dolceaqua qu'ils ne connaissaient pas, nos 2 régionaux de l'étape. L'année dernière, je leur avais fait découvrir la principauté de Seborga au dessus de Bordighera et cette année, c'était donc Dolceaqua, au dessus de Vintimille. Les fameux villages perchés de la Ligure.

 

Du beau temps, des embouteillages à Vintimille et enfin l'arrivée à destination. La découverte du village, ses minucules ruelles empierrées, ses toutes petites maisons, le Ponte Vecchio, le château et aussi la découverte d'un excellent restaurant ou nous nous sommes régalés.

 

Une vraie belle journée.

 

Un petit détour par Latte pour faire quelques courses italiennes pour acheter de quoi faire de vraies pates alla carbonara et aussi des margaritas.

 

Et il fut l'heure de rentrer. Tranquillement. Pour préparer tout ça. Parce que les vrais spaghettis alla carbonara c'est sans lardon et sans créme. C'est du guanciale et du pécorino romano. Nous sommes donc rentrés et les garçons nous ont tout préparé, moi les regardant faire pour pouvoir refaire ça à la maison. Tout était donc finalement prêt, ingrédients coupés et rapés, il n'y avait plus qu'à faire cuire les pates en rentrant.

 

Une petite margarita pour commencer, encore un bon moment partagé dans cette belle journée et la glaciére avec les bouteilles de Champagne était prête. Ainsi que les coupes. Pour aller les boire sur la plage car demain, c'est l'anniversaire de Nathan et comme mon frère et mes beaux-frères ont un diner-concert prévu de longue date à Monaco le lendemain soir, nous fêterons donc ses 12 ans ce soir. Sur la plage.

 

En 5 minutes à pied, nous y sommes. La veille, nous y avions pique-niqué et là, nous remontons un peu la Promenade histoire de se rapprocher du feu d'artifice et nous descendons sur la plage. Tout prés d'un groupe de jeunes Anglaises un peu ivres et un bruyantes mais c'est pas grave, c'est la fête ce soir. On s'installe confortablement sur les galets et on est prêt pour le spectacle. L'année dernière, on l'avait pas trouvé fantastique le feu d'artifice, voyons cette année ce qu'il va nous réserver... Mon beau-frère pense qu'il va être top car celui du Carnaval avait été annulé en raison du mauvais temps donc ils devraient nous gâter ce soir. J'ai mis pour l'occasion ma petite robe année 50 trouvée dans une boutique vintage, à l'angle de la rue du Collet, une robe à bretelles à pois, ceinturée, longueur mi-mollet que j'adore. Un petit pull ajouré par dessus parce qu'il ne fait pas si chaud que ça vers 21 h 30... Mon frère et un ami nous rejoignent, Champagne pour tout le monde, nous trinquons à l'anniversaire de Nathan et c'est parti pour le feu d'artifice.

 

Je ne me rappelle plus si je l'ai trouvé bien ou pas ce feu d'artifice en fait.

 

Alors que les gens remontent sur la Promenade, Chéri veut en faire de même mais Laurent le retient en lui disant qu'on n'a pas terminé la 2ème bouteille de Champ'. On ne va quand même pas gâcher alors on s'attarde à boire une dernière coupette, surtout qu'en plus le feu d'artifice à Saint-Laurent-du-Var démarre et qu'on le voit de l'autre côté de la baie des Anges...

 

Alors qu'on rangeait nos affaires car finalement le vent se levant nous donnait un peu froid, on l'a vu. Déboulant à fond et zigzaguant. Certains ont entendu des cris, moi pas, juste le bruit des chocs. On y est allé assez souvent sur cette plage pour savoir que quand on est debout, on ne peut absolument pas voir les véhicules qui roulent sur la rue, le trottoir de la Promenade des Anglais étant extrêmement large, d'ou le choc de voir cet énorme engin... Nous avons voulu aller aider mais malheureusement ...

 

Ce que nous avons vu ensuite n'est pas racontable ici. L'horreur ne se raconte pas comme ça. Sauf à la télé, visiblement. J'ai serré Nathan contre moi, je lui ai caché les yeux et nous avons traversé pour rentrer chez mon frère. J'ai dit à Mathis, presque 15 ans, de regarder droit devant lui et de ne pas regarder autour. Nous sommes rentrés tous ensemble, à 8, choqués, hagards, comme tous les gens présents. En sécurité, nous avons pu appeler nos familles qui fort heureusement n'étaient encore au courant de rien. 

 

La nuit a été courte, très courte. Et le lendemain, nous n'avons pas changé notre programme initialement prévu. Pour nos enfants. Pour nous. Visite à Monaco du Jardin Animalier. Le diner-concert ayant été annulé, nous avons pu faire nos spaghettis alla carbonara ce soir-là et fêter les 12 ans de Nathan tous ensemble... Et parler. Et boire. 

 

Et rentrer le samedi chez nous à Bayonne, les vacances étant terminées.

 

Je n'ai pas regardé les infos depuis, jamais vraiment. J'écoute quelques trucs, je n'ai pas envie d'entendre les détails, je les connais déjà... Et tous les avis de ceux qui n'y étaient pas mais qui ont des solutions me donnent la nausée. Au sens véritable du terme. Le mot décence est visiblement absent du vocabulaire de certains...

 

Celui qui a fait ça, je ne retiens jamais son nom. Parce qu'il ne m'interresse pas. Parce que, au final, je n'ai aucune haine contre lui. Il ne m'inspire rien et surtout il ne mérite pas. Il ne mérite pas ma haine. Il ne mérite pas non plus un quelconque colére ou du dégoût, pas plus que de la pitié ni quoi que ce soit d'autre. 

 

Je ne pense pas à lui, je pense à notre famille, à nous reconstruire après cela. Les liens familiaux sont forts et je les sens encore plus forts. On se rend compte qu'on a des amis en or sur qui compter et que ce ne sont pas que des mots. Je ne parle pas de ce que j'ai vu, sauf aux personnes qui me prennent en charge et cela fait du bien. Ils me disent que mes réactions sont normales, que je suis normale, que je réagis normalement et cela me rassure beaucoup. Je suis sûre que nous allons tous nous en sortir car nous sommes entourés. On n'oubliera jamais mais cela s'atténuera et on va apprendre à vivre avec. 

 

Pour l'instant, ma vie n'est pas très normale mais elle le redeviendra. Peut-être pas de suite. Peut-être que cette année je n'aurai pas la force d'aller aux Fêtes de Bayonne mais ce n'est pas grave. J'y serai l'année prochaine et les années suivantes.

 

Quand ont voit les attentats à la télé, on se dit que bien sûr on va continuer à vivre comme avant. Ce n'est pas tout à fait la même chose quand on est directement impliqué. Mais le tout est de ne pas se laisser faire. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Et c'est ce que je veux. Montrer qu'au final, ils sont en échec. Total. 

 

Et j'ai bien l'intention de désormais rire encore plus, de chanter encore plus fort, de sortir et de m'amuser encore plus, de passer de bonnes soirées entre amis et en famille autour d'une bonne table et de bonnes bouteilles et de mettre encore plus de jolies petites robes. Rien que pour les faire chier... Sûrement mon esprit de contradiction...

 

Pour montrer que je continue à profiter de la vie et que je suis toujours là. Que ce chauffard et ses funestes commanditaires ne me briseront pas, ne me feront pas rentrer dans leurs rangs d'obscurantisme et de peur. Jamais. Qu'au contraire ils nous ont rendu plus forts. Plus forts et sans haine. Notre pays et une grande partie du monde est en guerre contre eux. Moi aussi. De toutes mes forces et de toute ma volonté. Plus forte.

13 juillet 2016

13 juillet 2016

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

mon-hitblogue

Quarantenaire qui a toujours 30 ans dans sa tête, j'adore déconner !!!!
Voir le profil de mon-hitblogue sur le portail Overblog

Commenter cet article

Mahina 22/07/2016 18:38

Merci!!

Mathilde 22/07/2016 18:21

Ensemble respirons et diffusons la tendresse de vos mots ...Merci pour ce témoignage ...:-(

KarinePouffe64 22/07/2016 19:30

Merci pour ce joli commentaire...

MamselleCat 22/07/2016 10:31

De tout coeur avec toi, avec vous et surtout plein de ++! Des bisous <3<3

boubinette 22/07/2016 10:09

En effet c'est hyper émouvant ton texte.. Je n'ai pas de mots. gros bisous. <3 <3 <3

KarinePouffe64 22/07/2016 10:47

Bisous aussi

Lalutotale 22/07/2016 09:53

Tu as tout dit ma morue, et de brillante manière :-) on peut donc être choquée et lucide. Pas comme ces abrutis qui se disent choqués et balancent des théories à deux balles sans avoir été présents ce soir-là.

KarinePouffe64 22/07/2016 10:48

Dommage qu'ils n'aient pas été là ce soir-là tous ces cons, on aurait été tous sauvés...

Chlodi 22/07/2016 06:56

Très émue .... Merci pour ce témoignage qui fera (peut être) taire ceux qui soient disant y étaient, ou connaissent qqun qui connaît ... enfin taire les récupérateurs politiques et sociaux.

KarinePouffe64 22/07/2016 10:49

Pour faire taire tous ces cons, il y a du boulot...

M'Jo Simone 22/07/2016 00:10

Je reste sans voix et en larmes à la lecture de ton article... Tu as raison profite de la vie au maximum avec les gens que tu aimes car on ne sait pas de quoi sera fait demain. Bon courage ma Simone, je pense fort à toi et à tes proches L'amour vaincra ❤

KarinePouffe64 22/07/2016 10:49

Plein de bisous ma Simone !

Laurent 21/07/2016 23:01

<3 <3 <3 de toute mes forces !

ps : nous serons à Bayonne la semaine prochaine :) Plein de bisous ma pouffe, à toi et a ta petite famille...

platinegirl 21/07/2016 20:57

<3

KarinePouffe64 21/07/2016 21:15

<3 too !

Djahann 21/07/2016 18:55

Je n'ai pas de mot. Prends soin de toi et des tiens et profitez de la vie à fond.

KarinePouffe64 21/07/2016 19:18

Des bisous à toi